Article mis en avant

Programme du séminaire

Les séances du séminaire ont lieu chaque mois à la Maison de la Recherche (4 rue des Irlandais, 75005, Paris), de 17 heures à 19 heures

Toutes les séances sont ouvertes au public et se tiennent en présentiel, dans la mesure du possible et dans la limite des places disponibles. Elles seront également retransmises à distance, au lien suivant : https://meet.google.com/djh-oaja-kbi

20 janvier 2022, Maison de la Recherche, Salle Mezzanine

  • Maéva Boris et Luca Penge (Sorbonne Nouvelle), Recycler un mot, mode d’emploi.
  • Maéva Boris, Recycler une étiquette générique, du narratif au dramatique : le cas de l’épique chez Brecht.
  • Luca Penge, Arcadies malhonnêtes. L’inflexion dystopique de l’Arcadie dans la littérature et la télévision contemporaines.

24 février 2022, Maison de la Recherche, Salle Mezzanine

  • Najat Bouyaala (Sorbonne Nouvelle) – L’évolution sémantique du mot “ḥarṯ” dans le Coran : du rôle de l’imaginaire.
  • Victoria Garrido y Saez (Université de Bourgogne), Les enjeux du mot “féminisme” dans le discours politique espagnol (1975-2021).

22 mars 2022, Maison de la Recherche, Salle Claude Simon

  • Emma Gazano (Sorbonne Nouvelle), “Genius is having followers”: écrire dans le ciel, une pratique du recyclage par Robert Filliou.
  • Noemi Linardi (Sorbonne Nouvelle), “Mukhannath” : quand recycler les mots défait les genres.

21 avril 2022, Maison de la Recherche, Salle Claude Simon

  • Marie de Toledo (Sorbonne Université), Le recyclage métapoétique de la matière poétique : l’ivoire chez Homère, Virgile et leurs commentateurs anciens.
  • Anne-Charlotte Wallyn-Duguet (Sorbonne Université), Coup de foudre à Isma : quand Crébillon change le sens.

19 mai 2022, Campus Nation (8 avenue de Saint-Mandé), Salle B 108

  • My-Linh Dang (Sorbonne Nouvelle), Qui sont les “Việt Kiều” d’aujourd’hui ? Recyclage et réusages des termes parapluies désignant la “diaspora” vietnamienne
  • Lucas Kervegan (Sorbonne Université), “Ce que vous avez voulu nommer mon classicisme” : du recyclage d’un concept d’histoire littéraire par Francis Ponge dans les années 1940.

9 juin 2022, Maison de la Recherche, Salle du Conseil

  • Samuel Holmertz (New York University), La reprise de l’original : l’énième recyclage de Robbe-Grillet.
  • Matilde Manara (Université de Lille), Le poème dans la décharge : recyclages lyriques.

Séance 6 – Samuel Holmertz, “La reprise de l’original : l’énième recyclage de Robbe-Grillet” et Matilde Manara, “Le poème dans la décharge : recyclages lyriques”

Le jeudi 9 juin de 17h à 19h, à la Maison de la recherche (Rue des irlandais, 75005, Paris), salle du Conseil, nous recevrons Samuel Holmertz, doctorant à la New York University et Matilde Manara, docteure en littérature comparée et actuellement ATER à l’Université de Lille. Cette séance sera également l’occasion de clore le semestre par un bilan sur ce premier volet de réflexions lexico-recyclantes.

Samuel Holmertz, “La reprise de l’original : l’énième recyclage de Robbe-Grillet” :

Alain Robbe-Grillet n’a eu de cesse d’esquinter le roman traditionnel et d’inventer de nouvelles formes romanesques qui désarçonnent le lecteur. La Reprise, son dernier roman paru en 2001, est une œuvre qui demeure tout à fait emblématique de l’art robbe-grilletien en tant qu’écriture du piège, des faux-semblants, mais aussi du recyclage. En effet, ce roman peut être lu comme une sorte de supertexte de l’auteur, un sur-roman qui s’offre au lecteur averti comme un jeu autoparodique – dans lequel le romancier joue avec sa propre écriture et s’amuse à faire un remake de son propre roman Les Gommes tout enreprenant le récit éponyme de Kierkegaard. En ce sens, La Reprise est en grande partie un dialogue avec le philosophe danois, ce qui nous offre un cas parfait d’intertextualité. De plus, ce roman est une invitation à s’interroger sur la signification du mot reprise à partir du texte de Kierkegaard. Longtemps publié en France, à tort, sous le titre La répétition, c’est bien le titre La reprise qui retranscrit fidèlement le mot originel tel que conçu par le philosophe scandinave. La traduction de ce mot qui est devenu par la suite un concept phare dans la métaphysique occidentale demeure absolument primordiale, puisque tout l’enjeu de la notion de reprise réside dans le mot même. Effectivement, le terme danois Gjentagelse, formé d’une part avec le préfixe gjen (encore ; de nouveau) et d’autre part avec un substantif dérivé du verbe tage (prendre), renvoie à une prise nouvelle, au fait de prendre à nouveau, de reprendre – ce qui donne donc le terme adéquat de re-prise.

Le texte tout à fait singulier que constitue cet ultime roman de Robbe-Grillet interroge non seulement le sens même du mot de reprise (et par là la différence fondamentale avec le terme de répétition), dont l’ébranlement de l’autorité narrative constitue une de ses variantes – le narrateur étant au sein du roman littéralement repris, corrigé et réprimandé – et livre également une métaréflexion sur l’écriture romanesque, en tant qu’éternel recyclage, copie toujours remâchée mais malgré tout sans cesse renouvelée et remise au goût du jour.

Matilde Manara, “Le poème dans la décharge : recyclages lyriques” :

Lorsqu’on s’essaie à une généalogie du genre lyrique, nous sommes confrontés à un nombre important de glissements sémantiques. Initialement exclu de la Poétique aristotélicienne, ce mode d’écriture est ensuite érigé au rang d’archi-genre, puis se voit transformer en catégorie psychologique et finit par être entièrement rejeté. Avec cette intervention, nous nous pencherons sur une façon particulière d’agencer entre eux la constellation de concepts et de formes laissée en leg par cette tradition générique encombrante et les nouveaux référents qui rentrent dans le discours lyrique au tournant du XXe siècle : celle mise en œuvre par Wallace Stevens, dont le texte L’homme sur la décharge exemplifie le procédés par lesquels la poésie parvient à recycler ses propres matériaux.

Séance 5 – My-Linh Dang, “Qui sont les “Việt Kiều” d’aujourd’hui ? Recyclage et réusages des termes parapluies désignant la “diaspora” vietnamienne” et Lucas Kervegan, “Ce que vous avez voulu nommer mon classicisme” : du recyclage d’un concept d’histoire littéraire par Francis Ponge dans les années 1940.

Le jeudi 19 mai de 17h à 19h nous recevrons My-Linh Dang et Lucas Kervegan, doctorant.e.s respectivement à Sorbonne Nouvelle et Sorbonne Université. La séance aura lieu au campus Nation, 8 avenue de Saint-Mandé, salle B 108.

My-Linh Dang, “Qui sont les “Việt Kiều” d’aujourd’hui ? Recyclage et réusages des termes parapluies désignant la “diaspora” vietnamienne”

Le terme vietnamien « Việt Kiều », que l’on pourrait traduire par « Vietnamien-ne-s de l’étranger » ou encore « overseas Vietnamese », a pris des connotations différentes au fil de l’Histoire récente du Vietnam et notamment au moment de la constitution de la diaspora en 1975. Terme ambigu, pas toujours accepté par les personnes qu’il est censé désigner ou au contraire revendiqué comme « état d’esprit » par certains, « Việt Kiều» a été et est l’objet de nombreuses opérations de recyclage : on le retrouve ainsi transposé directement en vietnamien dans des ouvrages en français et en anglais, accompagné de traductions/définitions plus ou moins complètes. Depuis les années 2000, le terme « Việt Kiều » s’est en effet glissé aussi bien dans les travaux de chercheur-se-s occidentaux en sciences humaines que dans les œuvres des artistes de la diaspora vietnamienne. Ainsi, tel un parapluie qu’on ouvre de manière plus ou moins large, il semble que ce mot, particulièrement propice au recyclage, couvre des réalités différentes et mouvantes en fonction de la situation et du locuteur.

Lucas Kervegan, “Ce que vous avez voulu nommer mon classicisme” : du recyclage d’un concept d’histoire littéraire par Francis Ponge dans les années 1940.

Francis Ponge classique ? L’hypothèse, qui pourrait, au premier abord, surprendre, est
devenue un lieu commun depuis que l’auteur de La Table l’a lui-même légitimée par la somme qu’il consacra à Malherbe dans les années 1950 et 1960. C’est toutefois aux décennies
précédentes que je souhaite m’intéresser dans cette communication qui retracera l’entrée dans son lexique du vocable « classicisme », tiré de l’histoire littéraire et objet d’une vogue
importante au début du XXème siècle. Il s’agit d’un cas à la fois prototypique et original de recyclage. Depuis ses premiers pas en littérature, dans les années 1920, l’auteur de Proêmes s’est vu qualifié de « classique », tandis que, au début des années 1940, c’est Albert Camus qui lui accole à nouveau ce terme. Face aux analyses qui sont livrées de son œuvre, Ponge, malgré un certain malaise, se voit progressivement contraint de recycler le mot « classicisme ». Mieux : ce recyclage est un recyclage « au carré », puisque, tout en tentant de les ranger derrière ses propres préoccupations, il l’effectue à partir du recyclage que certains de ses contemporains en font et contre celui-ci. S’il confère à cette étiquette une signification nouvelle, Ponge n’en donne aucune définition claire : le sens de ce concept « en étoile » ne s’éclaire qu’en le mettant en rapport avec d’autres notions. À visée anthropologique, le classicisme de Ponge est à la fois communiste et anti-catholique : il s’agit de mettre en place les conditions d’édification d’un homme nouveau, libéré des chimères religieuses. C’est la place que Ponge confère à l’histoire littéraire dans son recyclage qui explique ces étranges rapprochements. Il en tire moins un ensemble de principes esthétiques qu’une vision de l’histoire, et « classicisme », chez lui, est le nom d’une dynamique historique : comme la littérature du début du XVIIème a ouvert la voie à une transformation de la société et de l’homme, son œuvre doit préparer un âge nouveau où le communisme, version moderne de l’absolutisme, remplacerait le monde bourgeois. Loin d’être un mot polémique aux relents traditionalistes et conservateurs, le classicisme de Ponge est tendu vers l’avenir.

Séance 4 – Marie de Toledo, “Le recyclage métapoétique de la matière poétique : l’ivoire chez Homère, Virgile et leurs commentateurs anciens” et Anne-Charlotte Wallyn-Duguet, “Coup de foudre à Isma : quand Crébillon change le sens”

Le 21 avril, de 17h à 19h (Maison de la Recherche, salle Mezzanine), nous recevrons Marie de Toledo et Anne-Charlotte Wallyn-Duguet, toutes deux doctorantes à Sorbonne Université.

Marie de Toledo s’intéressera aux usage du mot “ivoire” dans les commentaires de l’Odyssée et de l’Enéide : 

Dans un célèbre passage de l’Odyssée, Pénélope décrit à Ulysse les deux portes des songes : celle d’ivoire laisse passer des songes trompeurs, celle de corne est traversée par des rêves prémonitoires. À la fin de la descente aux enfers racontée au chant 6 de l’Énéide, Virgile reprend cette double opposition matérielle et conceptuelle, et fait sortir Énée par la porte d’ivoire.

Comment expliquer, d’une part, l’association de l’ivoire et de la tromperie, et d’autre part, le fait que le héros national romain emprunte la porte des songes faux pour quitter les enfers ? Ces deux questions fascinent respectivement les commentateurs d’Homère et de Virgile depuis l’Antiquité. Plutôt que de chercher à apporter de nouvelles réponses à ces problèmes herméneutiques, il s’agit d’étudier le traitement de l’ivoire, ou plutôt des mots grecs et latins relatifs à cette matière, dans la perspective d’une théorie du recyclage lexical, à partir d’un corpus incluant non seulement le passage de l’Odyssée et sa réécriture par Virgile, mais aussi, précisément, leurs commentaires anciens : les scholies homériques et le commentaire de Servius au chant 6 de l’Énéide.

Sur quelles opérations le recyclage du substantif ἐλέφας (« ivoire » en grec) depuis le domaine concret vers le domaine abstrait repose-t-il chez Homère ? Comment ses premiers commentateurs procèdent-ils pour motiver l’association d’une matière et d’une propriété aléthique ? Quelles sont les conséquences du passage du grec au latin sur ce recyclage lexical dans la réécriture du motif par Virgile ? Dans quelle mesure Servius reprend-il et dépasse-t-il les explications de l’exégèse homérique ? L’examen successif des textes de ce corpus à la fois poétique et critique permettra d’envisager plusieurs figures – paronomase, métonymie – et enjeux – translinguistiques, métapoétiques – du recyclage lexical en littérature.

 

Anne-Charlotte Wallyn-Duguet s’intéressera aux usages et à la lexicalisation de l’expression “coup de foudre” :

Le XVIIIe siècle marque la spécialisation de l’expression coup de foudre, suivant un processus à plusieurs facettes, qui aboutira à notre usage contemporain. Notons d’emblée que l’étiquette « coup de foudre » existait depuis longtemps, pour désigner un coup du sort, un événement imprévu qui venait contrarier, anéantir, ses projets. L’expression, déjà lexicalisée, possédait donc un emploi spécifique. En parallèle, les comparaisons entre un événement soudain et la chute de la foudre apparaissent régulièrement, entre autre pour évoquer le moment de la rencontre amoureuse. Cette communication se propose donc de cerner le moment de la transition, où l’étiquette se voit réattribuer un sens neuf. Nous interrogerons également l’existence d’un doublet, « coup de sympathie », qui correspondait bien à la pensée du XVIIIe siècle, mais qui fera l’objet d’un tri sélectif radical : sa disparition dit quelque chose d’une époque et, nous émettons l’hypothèse avec prudence, de la quête romantique d’un certain panache des sentiments au XIXe siècle. Cette disparition interroge les conditions d’apparition du nouveau contenu dans le siècle précédent. Si Crébillon est à l’origine de ce geste de recyclage, il s’appuie, nous l’avons vu, sur des réseaux sémantiques préexistants qui n’expliquent pas à eux-seuls le changement sémantique. L’empreinte de l’auteur se révèle ainsi particulièrement importante : c’est son créateur même qui videra la locution de son potentiel néfaste, grâce à un jeu avec les découvertes scientifiques des années 1750, auxquelles il dénie leur pouvoir explicatif, pour repositionner la question de l’amour de première vue dans le domaine de la morale. 

Séance 3 – Emma Gazano, “Genius is having followers”: écrire dans le ciel, une pratique du recyclage par Robert Filliou” et Noemi Linardi, “Mukhannath” : quand recycler les mots défait les genres”

 

Le 22 mars, nous accueillerons Emma Gazano et Noemi Linardi, doctorantes à la Sorbonne Nouvelle.

Emma Gazano interrogera la question du recyclage lexical comme pratique artistique de réinvention :

“Un avion dessine une bouteille dans le ciel.
La bouteille se renverse et de l’eau tombe sur les spectateurs.”
Ce scénario-minute de George Brecht et Robert Filliou pourrait servir d’étendard au Projet d’écriture dans le ciel de 1971 : une série de dix poèmes, engendrés par recyclage de la parole commune, à l’instar du “love = u.f.o.” que le bailleur-aux-corneilles new-yorkais a pu, par chance, apercevoir dans le ciel de 76. La performativité de ces textes, par homologie et piratage du message publicitaire, implique le recyclage comme principe gouverneur, non résumable aux opérations lexicales : il s’agit pour Filliou d’une analogie profonde entre le geste poétique de création et réception et cette Création Permanente qui meut la vie terrestre.

Noemi Linardi interrogera le recyclage lexical du mot “Mukhannath” – insulte de langue arabe – dans une perspective politique inspirée des Gender Studies :

Le domaine des insultes s’avère être l’un des terrains de recyclage par excellence. À chaque fois que nous opérons un transfert d’un mot d’un registre linguistique soutenu à un registre familier, voire vulgaire, ce mot perd son sens originel et en gagne un nouveau. C’est le cas du mot « muḫannaṯ », au sujet duquel cette intervention se propose d’étudier les phénomènes de recyclage subis depuis sa première apparition. En effet, le muḫannaṯ de la période islamique et de la période Omeyyade ne partage pas grand-chose avec son équivalent moderne. Nous appuyant sur des sources à la fois sacrées (hadiths) et profanes (le monumental Livres des chants d’Abū al-Faraǧ al-Iṣfahānī), nous étudierons l’origine du mot ainsi que son premier sens. Ces textes nous parlent de l’existence d’un troisième genre – autre que le féminin et le masculin – dans la péninsule arabique depuis l’époque préislamique, désignant les individus se consacrant aux disciplines artistiques, et notamment à la danse et au chant pour le divertissement masculin et féminin. A l’époque abbasside, cependant, la référence à la performance artistique se perd progressivement pour ne désigner à l’époque moderne que l’homosexualité passive. Présent également comme insulte dans plusieurs variantes dialectales de l’arabe, le mot « muḫannaṯ » désigne donc l’homme-femme, le modèle archétypique de l’homosexualité passive, sous la plume d’écrivains contemporains comme le syrien Sa‘dallah Wannūs (1941-1997) ou bien l’égyptien ‘Alā’ al-Aswānī (1957).

Insulte ou catégorie revendiquée, le mot « muḫannaṯ » est une étiquette qui change constamment de contenu sur les plans synchronique et diachronique. Mais c’est également une étiquette changeable, qui peut être sujet de recyclage. En conclusion, le cas du « muḫannaṯ » traduit la difficulté de penser un troisième genre et le désir (également linguistique) de le replacer dans la binarité normative, ce qui se traduit dans un recyclage linguistique constant.

Séance 2 – Victoria Garrido y Saez, Les enjeux du mot « féministe » dans le discours politique espagnol (1975-2022)

Le 24 février, Victoria Garrido y Saez s’intéressera au recyclage du mot “féministe” dans le discours politique espagnol de 1975 à nos jours. En guise d’introduction, voici un aperçu de la séance :

Lors du remaniement de mars 2021, Pedro Sánchez, Président du gouvernement espagnol, se félicitait d’avoir formé « un gouvernement féministe qui soutient l’égalité réelle et concrète entre les hommes et les femmes ». S’il est aujourd’hui fièrement invoqué par le chef de l’Etat, l’adjectif « féministe » revient pourtant de loin.

En effet, dans les années 1970-1980, jamais aucun représentant politique n’aurait pu se déclarer féministe sans provoquer de scandale et ce, malgré le contexte d’ouverture démocratique provoqué par la mort de Franco et l’essor du féminisme de deuxième vague en Espagne. A l’époque, être féministe signifie rompre avec le système et rejeter les nouveaux idéaux postfranquistes. Le terme connote une forme de marginalité et d’intransigeance totalement incompatibles avec les valeurs défendues par la classe politique.

Comment alors le terme « féministe » est-il passé d’adjectif presque tabou à incontournable caution progressiste ? Certes, le mouvement MeToo et la séries de faits divers qui ont émus l’Espagne ces dernières années – le procès contre La Manada ou l’affaire du meurtre de Laura Luelmo entre autres – ont joué un rôle clef dans sa démocratisation et son entrée dans le vocabulaire politique. Néanmoins, l’évolution récente de la portée de ce mot n’est qu’une des étapes de sa longue histoire.

Afin de retracer cette histoire depuis la fin des années 1970 jusqu’à 2022, nous ferons appel à une série d’archives. Nous exploiterons les textes de loi, les programmes électoraux et autres professions de foi, les éditoriaux et articles d’opinion de la presse de référence, notamment autour du 8 mars mais aussi les discours politiques au travers de déclarations d’élus à l’Assemblée, d’interviews dans les médias et même de tweets.

Tous ces documents écrits et audiovisuels permettront de suivre le parcours d’un terme qui cristallise encore de nombreux fantasmes et qui, au fil du temps et des définitions que les locuteurs lui ont attribuées, est parvenu à sortir de sa marginalité pour être assumé voire revendiqué par les plus hautes sphères de la politique espagnole.

Recycler les mots

Ce carnet de recherche est destiné à accueillir la réflexion menée dans le cadre du séminaire de recherche “Recycler les mots”, animé par les doctorant.e.s du CERC, en collaboration avec l’équipe de TRANS-. Revue de littérature générale et comparée.

On s’intéressera dans ce séminaire à la trajectoire de mots soumis aux aléas de reprises, de déplacements et de raccommodages de toutes sortes, au fil de leur histoire et de leur parcours dans les discours qui les mobilisent, littéraires ou métalittéraires (théorie, histoire, critique).

Chaque séance sera consacrée à la présentation d’un ou plusieurs cas de recyclage lexical rencontré(s) dans le cadre des recherches effectuées au cours d’un thèse. La question que pose ce séminaire porte sur le statut de ces mots recyclés et les raisons de leur fortune : dépend-elle des usagers, du contexte ou des mots eux-mêmes ? Nous présupposons à des fins heuristiques – et il s’agira précisément d’en débattre – qu’on ne recycle pas n’importe quel type de mot, et qu’il existe par conséquent des critères, des conditions, et, le cas échéant, des degrés de recyclabilité lexicale.